Le coach malgré lui

Aujourd’hui, le médecin malgré lui s’appelle un coach

Au départ du Coach malgré lui il y a eu l’idée de l’exercice de style consistant à transposer Le médecin malgré lui le plus fidèlement possible dans notre époque. Le patois paysan est ainsi devenu l’argot de banlieue, la perte de la parole de Lucinde a été remplacée par l’anorexie de Lucille, affection plus “moderne”, et les médecins charlatans sont devenus des coachs.

L’exercice de réinterprétation d’une œuvre n’est pas original et pour son “Médecin malgré lui”, Molière lui-même avait repris une fable du moyen age, “Le paysan médecin”. L’histoire n’est donc pas nouvelle et il s’agit toujours des mêmes charlatans et des relations ambiguës qu’ils entretiennent avec leurs victimes.

Toutefois, d’une époque à l’autre, ce qui reste c’est le « malgré lui« . Si Knock est incontestablement un vrai escroc, le Paysan médecin, le Médecin malgré lui et le Coach malgré lui ne le deviennent que parce qu’on les a placés de force dans une situation propice.

La boucle est bouclée : les charlatans sont prêts à escroquer tout le monde, tout le monde est prêt à écouter les charlatans, et nous sommes tous des charlatans en puissance.

Résumé

Léon, chômeur chronique, passe plus de temps au bistrot qu’à la recherche d’un emploi. Son attitude nonchalante agace au plus haut point sa compagne Martine qui, elle, travaille pour assurer toutes les charges du couple. L’affaire tourne à la scène de ménage quand elle est obligée d’aller le déloger de son café pour l’envoyer répondre à une offre d’emploi.

En rage, à la faveur d’une rencontre fortuite avec un certain Mouloud, elle monte un stratagème pour se venger des provocations de son homme : elle va le faire embaucher, malgré lui, comme coach de vie de la fille du patron de Mouloud.
Le stratagème fonctionne, et même bien au delà de ce qu’elle avait imaginé.

Léon comprend rapidement l’intérêt de la situation et le voilà comme un poisson dans l’eau dans son rôle de coach. Voyant les résultats financiers de Léon, Martine ne tarde pas à lui emboîter le pas. Au passage, elle va en profiter pour aider Lucille, que son père essaye de mettre dans les bras d’un homme d’affaires.
Pièce musicale écrite en 2014.

Une musique originale composée par Michael Goldberg

Le médecin malgré lui a lui même fait l’objet d’une variante musicale, sur une musique écrite par Charles Gounod. Pour le coach malgré lui, c’est Michael Goldberg qui a apporté sa contribution. Voici ce qu’il en dit :
« Ma musique pour le Coach malgré lui se veut en adéquation avec l’esprit de la pièce : à l’image de cette farce satirique, elle est légère et désinvolte. Les chansons rythment l’action dramatique, leur style épousant l’action et le contexte du moment. Au point de vue des références j’ai fait flèche de tous bois. J’évoque tantôt la chanson populaire rétro des années ’60 ou ’70, tantôt les airs de la fin du 19e et du début du 20e siècle, mais les incursions dans l’époque classique à proprement parler n’empêchent pas les dissonances propres à la musique du 20e siècle. Chaque personnage possède une signature musicale qui lui est propre et l’interprétation des chants doit être très théâtral : il ne faut pas hésiter à exagérer les inflexions, manifester fortement les changements de ton et d’humeur, et pourquoi pas de temps en temps prendre quelques libertés avec la partition lorsque le contexte s’y prête. »

Une création à Montmartre

Le coach malgré lui a été créée le 7 avril 2014 au théâtre Le Funambule Montmartre, dans une mise en scène de Jacques Lafarge. La vidéo de la pièce peut être visionnée ci-dessous.

Les costumes

Jacques Lafarge a demandé à Ana Gross des costumes hors du temps, inclassables mais comprenant des références au XVII° siècle.

Les interprètes

  • Jean-Daniel SENESI, ténor,
  • LEON, coach malgré lui,
  • Anne DORIAN, soprano,
  • MARTINE, amie de Léon,
  • Jean-Michel SERENI, baryton,
  • GEORGES, homme d’affaires, père de Lucille,
  • Emmanuelle NAHARRO, soprano,
  • DALILA, bonne de Georges, maîtresse de maison,
  • Anne-Sophie PETIT, soprano colorature,
  • LUCILLE, fille de Georges,
  • 
Lionel MUZIN, ténor,
  • MOULOUD, homme de main de Georges.

Le jeu d’acteur est remarquable et le peps qui s’en dégage donne envie de danser et chanter de son siège.

E Bousquet - Paristribu

Les costumes sont extravagants avec une pointe de loufoquerie. La gaieté est de mise de bout en bout, infusée par des comédiens et chanteurs de talent qui semblent s’amuser au moins autant que le public…

P Bonnet - Les soirées de Paris

Nous avons été ravi de notre soirée. C’était superbe et très original.

P Legrandois – Cannes

Les costumes signés Ana Gross sont totalement loufoques et apportent une autre dimension à la pièce ! Les acteurs sont très bons chanteurs !

Amélie

L’histoire et les situations sont cocasses et les rôles sont bien distribués. On rit beaucoup et on apprécie les belles voix.

Anonyme

Nous avons beaucoup apprécié ce moment de détente ! Félicitation pour le travail accompli et chapeau bas à l’auteur / metteur en scène.

D Niermont – Paris